BRÈVES :

  • Formation des promoteurs du Fonds d’Appui à la Promotion de l’Emploi (FAPE) en entrepreneuriat
  • Plus de 600 volontaires nationaux au profit des chantiers de développement du Burkina
  • Promotion de la formation professionnelle au Burkina : le centre régional de formation professionnelle de Ouagadougou inauguré
  • Séjour du ministre en charge de la jeunesse à Kigali :s’inspirer de l’expérience du Rwanda en matière de création d’emplois pour les jeunes.
  • Reforme institutionnelle des structures du MJFIP: bientôt une Agence de la Formation Professionnelle
  • Promotion de l’aviculture traditionnelle améliorée : le PSCE/JF soulage 160 ménages
  • Une équipe de l’expertise France chez le Ministre en charge de la Formation Professionnelle, Smaïla OUEDRAOGO
  • Reconversion professionnelle au Burkina Faso : le document d'orientation élaboré.
  • Rencontre de concertation et d’échanges avec les maires de communes urbaines sur l’accompagnement des groupements et associations de jeunes et de femmes à l’installation d’unités économiques présidé par le Ministre en charge de la Jeunesse, Dr Smaïla OUEDRAOGO
  • Ouagadougou a abrité la 9ème Conférence des ministres du cadre de concertation des ministres en charge de l’emploi et de la formation professionnelle de l’espace UEMOA le 28 septembre 2018

Certification des compétences professionnelles


PRESENTATION DE LA CERTIFICATION PROFESSIONNELLE AU BURKINA FASO

La certification professionnelle au Burkina Faso est régie par deux décrets :

  • le décret 2017-0779-PRES/PM/MJE/MEF du 24 juin 2008 portant création, attribution, composition et fonctionnement de la Commission Nationale de la Certification (CNC) ;
  • le décret 2012-643-PRES/PM/MJFPE/MESS/MENA/MFPTSS/MASSN/MEF du 24 juillet 2012 portant création des titres professionnels.

La mise en œuvre de la certification est assurée par le Secrétariat permanent de la Commission Nationale de la Certification (SP/CNC) dirigé par un Secrétaire permanent nommé en conseil des ministres. Le SP/CNC est l’institution chargée au Burkina Faso de la certification. C’est une structure  étatique  créée en 2006  rattachée au Ministère de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion Professionnelles (MJFIP).

 Le cadre national de la certification comprend cinq (05) titres à savoir : le Certificat de Qualification de Base (CQB), le Certificat de Qualification Professionnelle (CQP), le Brevet de Qualification Professionnelle (BQP), le Brevet Professionnel de Technicien (BPT) et le Brevet Professionnel de Technicien Spécialisé (BPTS).Trois titres dont le CQP, le BQP et le BPT sont opérationnels.

La certification à nos jours, touche onze (11) métiers pour le CQP, douze (12) pour le BQP et dix (10) pour le BPT.

En termes de perspectives, le Secrétariat permanent entend étendre la certification à vingt-cinq (25) métiers à l’horizon 2020 mais aussi à développer la certification par Habilitation et expérimenter la Valorisation des Acquis de l’Expérience, une autre méthode de certification des compétences professionnelles.

La compétition des métiers sera lancée en novembre pour une première édition en 2018.

ATTRIBUTIONS DU SECRETARIAT PERMANENT DE LA COMMISSION NATIONALE DE LA CERTIFICATION (SP - CNC)

La commission Nationale de la Certification est chargée de :

  • définir les grandes orientations en matière de certification, de création et de délivrance des titres de qualification professionnelle ;
  • valider les plans d’actions ou les stratégies de développement en matière de certification ;
  • fixer les priorités du processus de certification des  qualifications professionnelle ;
  • mener le plaidoyer pour la mobilisation conséquente des ressources financières au profil du Secrétariat permanent de la commission nationale de la certification pour les activités de certification ;
  • décider de l’allocation des ressources en fonction des priorités définies ;
  • examiner et adopter les rapports ordinaires ou spécifiques du secrétariat permanent et des comités techniques d’homologation ;
  • donner les directives nécessaires aux comités techniques d’homologation et au secrétariat permanent, pour la conduite des actions qui leur incombent ;
  • apprécier l’impact des actions réalisées à partir des rapports produits.