BRÈVES :

  • Formation des promoteurs du Fonds d’Appui à la Promotion de l’Emploi (FAPE) en entrepreneuriat
  • Plus de 600 volontaires nationaux au profit des chantiers de développement du Burkina
  • Promotion de la formation professionnelle au Burkina : le centre régional de formation professionnelle de Ouagadougou inauguré
  • Séjour du ministre en charge de la jeunesse à Kigali :s’inspirer de l’expérience du Rwanda en matière de création d’emplois pour les jeunes.
  • Reforme institutionnelle des structures du MJFIP: bientôt une Agence de la Formation Professionnelle
  • Promotion de l’aviculture traditionnelle améliorée : le PSCE/JF soulage 160 ménages
  • Une équipe de l’expertise France chez le Ministre en charge de la Formation Professionnelle, Smaïla OUEDRAOGO
  • Reconversion professionnelle au Burkina Faso : le document d'orientation élaboré.
  • Rencontre de concertation et d’échanges avec les maires de communes urbaines sur l’accompagnement des groupements et associations de jeunes et de femmes à l’installation d’unités économiques présidé par le Ministre en charge de la Jeunesse, Dr Smaïla OUEDRAOGO
  • Ouagadougou a abrité la 9ème Conférence des ministres du cadre de concertation des ministres en charge de l’emploi et de la formation professionnelle de l’espace UEMOA le 28 septembre 2018

Centres d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes


I. Des Centres d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes (CEDJ)

Les Centres d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes (CEDJ) sont des institutions socio-éducatives de jeunesse classées parmi les infrastructures de jeunesse au Burkina Faso et dont la promotion a débuté en 2008.

En tant qu’institutions socio-éducatives de jeunesse, les CEDJ sont des institutions socio-éducatives laïques, apolitiques et à but non lucratif. Ils organisent au profit de la population en général et des jeunes en particulier, des activités de promotion de la jeunesse qui ont un caractère éducatif, économique, sportif et culturel et cela sur la base de la participation volontaire.

A ce jour, onze (11) CEDJ ont été construits dans onze (11) chefs-lieux de régions dont :

  • le Centre d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes (CEDJ) de Banfora ;
  • le Centre d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes (CEDJ) de Bobo-Dioulasso ;
  • le Centre d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes (CEDJ) de Dédougou ;
  • le Centre d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes (CEDJ) de Dori ;
  • le Centre d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes (CEDJ) de Fada N’Gourma ;
  • le Centre d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes (CEDJ) de Gaoua ;
  • le Centre d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes (CEDJ) de Koudougou ;
  • le Centre d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes (CEDJ) de Manga ;
  • le Centre d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes (CEDJ) de Ouahigouya ;
  • le Centre d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes (CEDJ) de Tenkodogo ;
  • le Centre d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes (CEDJ) de Ziniaré.

II. Des attributions des Centres d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes

Les Centres d’Ecoute et de Dialogue pour Jeunes ont pour attributions :

  • de servir de structures techniques locales et spécialisées dans les questions de jeunesse ;
  • de servir de cadre d’opérationnalisation des politiques, des projets et des programmes locaux et nationaux en matière de jeunesse ;
  • de mobiliser les jeunes sans distinction aucune pour leur participation aux activités de développement local et national ;
  • de servir de centre de convergence et de brassage des jeunes ;
  • de servir de cadre d’accueil et d’hébergement des jeunes ;
  • de contribuer à l’insertion sociale, économique et professionnelle des jeunes ;
  • de contribuer à la formation des jeunes aux valeurs morales, intellectuelles, civiques et démocratiques ;
  • de contribuer à la formation des jeunes dans le domaine des technologies de l'information et de la communication ;
  • de promouvoir une communication permanente entre les jeunes ;
  • de promouvoir une éducation  extrascolaire des jeunes à travers des activités culturelles, sportives et de loisirs ;
  • de promouvoir la vie associative et le leadership chez les  jeunes ;
  • de contribuer à la sensibilisation des jeunes sur les  fléaux sociaux ;
  • d’apporter un appui/conseil aux jeunes, aux mouvements et associations de jeunesse.